mercredi 20 août 2014

Retour sur SoCraTes 2014

SoCraTes (Software Craftsmanship and Testing), une conférence sur les bonnes pratiques de développement logiciel. J'ai eu l'occasion de participer à la quatrième édition qui s'est tenue du 7 au 10 Aout en Allemagne. C'est une anticonférence dont originalité repose tant sur l'état d'esprit des participants que sur l'organisation informelle des sessions. On est loin de la rigidité des conférences traditionnelles, hyper structurées, avec des diapos taillées sur mesure, où pour la plupart la forme l'emporte sur le contenu. Pas de CFP, pas de programme, on sait juste que 150 personnes vont se rencontrer, quelque part à Soltau, pour parler de Software Crafstmanship. Et c'est tout. Les détails du contenu seront discutés une fois sur place. Ils seront adaptés en fonction de l'attente des participants et du déroulement de la conférence. Beaucoup parlent de “unconference” (anti-conférence) pour son côté informel. On peut aussi choisir le terme "meta-conference" puisque c'est pendant la conférence qu'on décide de ce que sera la conférence, ou de “collaborative conference” du fait de la participation de tous à l'organisation.

BugCYS7CQAAWhOV.jpg:large

Cette édition, tout comme les précédentes, a connu un grand succès. Elle a vu le nombre de participants doubler par rapport à la troisième édition. Les gens venaient de différents pays, comme la France, la Roumanie, l'Autriche, l'Angleterre, les USA, l'Inde, et l'Allemagne pays hôte. La conférence est gratuite. Les seuls frais à supporter sont l'hébergement (repas inclus) et le transport. Il y a des sponsors mais sans présence physique (pas de pub, pas de stand).
La première idée qui nous traverse quand on sort de Socrates c'est d'expérimenter l'idée ailleurs, comme l'ont déjà fait les anglais avec SocratesUK.

Le lieu : Soltau


SoCraTes-2014-01

La conférence s'est tenue à Soltau, une ville située à une heure de Hamburg, au Nord de l'Allemagne. L’hôtel se trouve en plein milieu de la forêt, bien isolé et assez grand pour assurer la tranquillité. Les participants avaient à leur disposition des salles de conférence, des chambres, un restaurant, un bar, un sauna, une piscine et un très grand parc... quasiment tout l'hôtel. Un cadre qui offre assez de liberté, qui favorise l'échange et stimule l'émergence de nouvelles idées.

World-café


world-cafe-2La conférence démarre officiellement avec le World-café. C'est le moment où les participants se rencontrent pour la première fois. Le Word-café est une forme d'échange qui offre un cadre de discussion informel dans une ambiance de café. Son but est de faciliter l'implication de tous les participants d'une discussion sur un topic. De petits groupes de 8 personnes se forment autour de tables disposées dans plusieurs salles pour échanger sur leurs attentes et motivations à participer à Socrates (What are we here for ? Where do we want to go ?) . Chaque table a un chef “fixe” qui joue le rôle de facilitateur. Au bout de 15 minutes, les groupes se dispersent, de nouveaux groupes s'organisent pour un nouveau round. Le processus se répète plusieurs fois. A la fin, les résumés des différentes discussions sont affichés sur des tableaux mis à la disposition du public.

Les sessions


Jusqu'à la veille, les sessions d'une journée ne sont pas connues. C'est le jour J à 09h30 que les intéressés proposent leurs sujets avec l'intitulé, l'heure, la salle et la durée. Les formats des sessions varient entre Workshop, Hand-on, Kata, Rex et Open door. Ce qui laisse à chacun la possibilité d'adapter sa présentation. Aucun format n'est imposé, on voit très peu de slides, pour la plupart ce sont des flipcharts et des projections de live-coding. On s'en fout pas mal de la forme. Le plus important à SoCraTes c'est d'avoir une idée qui intéresse les autres. Les contenus ne sont pas figés, ils 'adaptent en fonction de l'attente de l'audience. On est loin de la passivité des publics des grandes conférences très “académiques”. Chacun peut participer à une session, en apportant des informations supplémentaires, et parfois en donnant une autre orientation au sujet. Une session peut donner naissance à une nouvelle session pour le lendemain, et ou se poursuivre le soir sous forme de discussion, de Hands-on ou de Kata.